Clinique casablanca
Clinique casablanca
Clinique Maroc
Clinique Maroc
Clinique Maroc

Clinique international Casablanca

Ophtalmologiste hopital casablanca

Dr. Majed Bakjaji
Ophtalmologiste

Au nom de l’ensemble du corps médical et du personnel, je vous souhaite la bienvenue à International Clinic. Nous sommes un établissement de santé médico-chirurgical privé et conventionné, situé au quartier des Hôpitaux à Casablanca.
Depuis son ouverture en mai 2015, International Clinic s’est positionnée comme une référence nationale pour ses prestations de soins de qualité, à la pointe des technologies les plus innovantes. Aussi, avons-nous mis en place un plateau médico-technique moderne axé autour de pôles de compétences répondant à notre exigence de performance et de qualité du soin.
Assumer des soins et un traitement adéquat en vue d’une convalescence optimale dans un environnement confortable en assurant un haut niveau de qualité et de sécurité pour les patients, et offrir des conditions de travail favorables tant pour les médecins que pour le personnel paramédical, telle était notre motivation de création d’une structure de soins de santé conformément aux normes pertinentes.
Pour mener à bien notre mission, nous reposons notre stratégie sur trois politiques capitales :

  • L’amélioration continue de la qualité des soins et des traitements médicaux.
  • La maîtrise de l’hygiène de l’environnement au sein de la clinique et de la sécurité des patients contre toute sorte d’infection.
  • La valorisation et le développement de notre capital humain.

Le Service de chirurgie cardiaque est un centre d'excellenceau Maroc. Il assure des prestations de pointe dans le domaine de la chirurgie cardiaque et vasculaire.

lire la suite...

Clinique Maroc

Chirurgie Valvulaire

La chirurgie valvulaire concerne les opérations de remplacement ou de réparation des différentes valves du cœur. Les affections des valves se développent avec l'âge, et lorsque l'une d'elles est abîmée, le ou la patiente peut voir apparaître des troubles l'affectant dans sa vie quotidienne. C'est à ce moment-là qu'une opération des valvules est envisagée.

Selon les cas, on procède à la réparation chirurgicale de la valve cardiaque existante, à son élargissement forcé par ballonnet ou à son remplacement par une valve artificielle ou une valvule biologique

La mise en place d'une nouvelle valve nécessite une opération à cœur ouvert avec l'aide d’une machine cœur-poumon. Votre chirurgien vous renseignera sur la technique la plus adaptée à votre pathologie.

L'opération avec intervention de la machine cœur-poumon se déroule sous anesthésie générale et dure avec les préparatifs trois à cinq heures. L'opéré peut généralement quitter l'hôpital après une à deux semaines. Une reprise de l'activité professionnelle est possible un à deux mois après l'intervention.

Les études montrent que près de 2% de la population adulte est porteuse d’une valvulopathie. Une statistique qui s’accroît avec l’âge pour atteindre 10 à 15 % chez les patients de plus de 75 ans.

Deux formes d’atteintes peuvent survenir et les deux cas peuvent parfois être simultanément associés:

La sténose, c'est-à-dire le rétrécissement de la surface d’ouverture de la valve L’insuffisance, c'est-à-dire l'incompétence de la fermeture des feuillets

Clinique Casablanca

-> VALVE AORTIQUE

La sténose aortique est la maladie valvulaire la plus fréquente. Elle est le plus souvent d’origine dégénérative (vieillissement et calcification progressive de l’anneau valvulaire et des sigmoïdes), ou congénitale (valve bicuspide au lieu de tricuspide). Elle peut aussi être d’origine rhumatismale. Elle forme un obstacle à l’éjection du sang entre le ventricule gauche et l’aorte avec, dans les formes sévères, une inadaptation du débit cardiaque à l’effort. Cette dernière entraîne une insuffisance cardiaque. Parfois les symptômes peuvent manquer alors que la valve est déjà fortement atteinte, raison pour laquelle une intervention chirurgicale peut être proposée en l’absence de symptômes.

Le traitement de la sténose de la valve aortique est chirurgical et consiste à remplacer la valve défaillante.

L’insuffisance aortique est souvent associée à une dégénérescence des feuillets ou elle peut être due à une maladie congénitale du tissu élastique (syndrome de Marfan). L’insuffisance aortique peut aussi être aiguë, il faut alors rechercher une endocardite ou une dissection aortique.

Le traitement est chirurgical si la fuite est importante et/ou s’il y a un retentissement sur le ventricule gauche (dilatation).

Le remplacement de la valve aortique nécessite la mise en place d'une machine cœur-poumon (circulation extracorporelle) pour prendre le relais du cœur, arrêté le temps de l'intervention. L’aorte, juste au-dessus de la valve, est ouverte. La valve native est ainsi accessible et excisée puis remplacée par une prothèse mécanique (en métal) ou biologique (en tissus d’animaux traités).

La valve mécanique a une durée de vie supérieure à celle de la valve biologique; mais elle nécessite un traitement anticoagulant à vie. Elle est recommandée chez les jeunes patients en règle générale.

Avec une valve biologique, en revanche, le traitement anticoagulant n'est pas forcément nécessaire, ou temporaire. La valve a une durée de vie d'une quinzaine d'années en moyenne.

Clinique Maroc

->VALVE MITRALE

La valve mitrale peut être sténosée, c'est-à-dire victime d'un rétrécissement progressif de l’orifice de la valve. Du coup, seule une petite quantité de sang peut passer de l’oreillette gauche au ventricule gauche. C'est souvent la conséquence d'un rhumatisme articulaire aigu (RAA).

Il peut également s'agir d'une insuffisance mitrale causée par : un ruhmatisme articulaire aigu (RAA), la dégénération du tissu de la valve ou une dilatation de l’anneau valvulaire secondaire à un infarctus. Pour traiter une sténose de la valve mitrale post-RAA, le remplacement à l’aide d’une prothèse biologique ou d’une prothèse mécanique est presque toujours nécessaire.

Le traitement de l’insuffisance mitrale peut dans certains cas êtreconservateur. On essaye de garder la valve native en faisant une plastie quand cela est possible. Lorsque la plastie n’est pas indiquée ou impossible, le remplacement de la valve par une prothèse biologique ou mécanique s’impose.

->VALVE TRICUSPIDE

L’atteinte de la valve tricuspide est la plus rare des valvulopathies cardiaques. Il s’agit surtout d’insuffisance (fuite), la sténose tricuspidienne étant rarissime. Les plus fréquentes sont les insuffisances fonctionnelles, souvent dues à la dilatation du ventricule droit. Parfois, elles sont secondaires à une maladie de la valve mitrale.

Les lésions organiques se rencontrent:

  • dans le cadre d’un rhumatisme articulaire aigu (aboutissant à une sténose)
  • lors d'infection bactérienne
  • ou dans un contexte de traumatisme

La chirurgie de la valve tricuspide est en général rarement isolée et souvent associée avec le remplacement simultané d'une autre valve ou avec la création de pontages coronariens. Dans la mesure du possible, on pratique des interventions conservatrices, c’est-à-dire en gardant la valve native. On effectue alors une plastie avec ablation d’une partie d’un des feuillets de la valve, suivie de la mise en place d’un anneau de renforcement. Dans de rares cas, lorsqu’il n’est plus possible de conserver la valve native, on procède à l’ablation de cette dernière et on la remplace par une prothèse. Il s'agit d'une chirurgie complexe, car les voies de conduction (permettant l’automatisme de la contraction cardiaque) sont proches.

PONTAGE CORONARIENS

La maladie coronarienne regroupe les diverses affections touchant les artères coronaires. Les principales atteintes de ces artères nourricières du cœur sont constituées de rétrécissements ou d'obstructions, causées principalement par l'athérosclérose. Ces lésions entraînent un manque d'irrigation en sang oxygéné du muscle cardiaque (ischémie), conduisant d'abord à la dysfonction du muscle, puis à sa destruction irréversible. Les symptômes peuvent être variables, allant de l’apparition progressive d’un essoufflement ou d’une fatigue, à l'angine de poitrine, l'infarctus du myocarde, voire la mort subite. Selon l’âge, l’activité et les maladies préexistantes, certains patients peuvent parfois rester asymptomatiques jusqu’à l’accident cardiaque.

Les symptômes les plus fréquents sont une douleur thoracique apparaissant à l’effort (angine de poitrine), et s’aggravant progressivement jusqu’à l’apparition de douleurs au repos puis, selon l'extension et le degré de l'ischémie, jusqu'à l'apparition d’un infarctus myocardique aigu. Le Service de chirurgie cardiaque traite l’ensemble des affections touchant les artères coronaires. La principale intervention chirurgicale consiste en la réalisation de pontages coronariens. Cette intervention permet, en contournant la portion rétrécie au moyen de l’ajout d’un autre vaisseau, de rétablir une circulation sanguine riche en oxygène dans les zones du muscle cardiaque en souffrance. Cette dérivation constitue «un pontage». Pour réaliser un pontage coronarien, le cœur doit être momentanément arrêté, et c'est une machine cœur-poumon qui assume son travail durant l'intervention, c’est ce qu’on appelle une circulation extracorporelle (CEC) L’intervention cardiaque de pontage coronaire est un traitement très efficace pour les patients souffrant d’une maladie coronarienne, et il prévient l'infarctus du myocarde.

La maladie coronarienne est la conséquence d’un rétrécissement ou de l'obstruction des artères coronaires nourricières du coeur, causée par l'arthérosclérose. La progression de cette dernière provoque une diminution du calibre des vaisseaux sanguins qui va avoir, comme conséquence inévitable, une diminution du débit sanguin pouvant conduire à la mort du muscle cardiaque. Le traitement chirurgical de la maladie coronarienne consiste à créer des pontages coronariens (des greffons constitués de morceaux d'autres vaisseaux). Ces derniers vont permettre de contourner la partie sténosée pour rétablir le débit sanguin.

Le choix des greffons peut varier en fonction du patient, la technique de référence actuelle consiste à prélever les artères mammaires, c’est cette technique qu’on réalise dans la majorité des cas dans notre centre. On peut également prélever des veines dans les membres inférieursou les bras. Les artères mammaires sont des artères nourricières de la paroi thoracique, situées le long du sternum. On dissèque l'artère mammaire dans la paroi du thorax, jusqu'à son origine sous la clavicule, puis on la dérive sur le cœur où elle sera suturée sur l'artère coronaire en question. L'artère mammaire interne gauche (AMIG) est très souvent utilisée pour créer un pontage sur la coronaire la plus importante, l’interventriculaire antérieure (IVA). L’artère mammaire interne droite (AMID) est utilisée pour des pontages sur les autres artères coronaires malades. L’artère radiale est l'une des deux artères de l'avant-bras. Elle peut être utilisée pour des pontages sur l’artère coronaire circonflexe (rarement sur la coronaire droite).

La veine saphène interne est une très longue veine de la jambe qui permet de ponter n’importe quelle artère coronaire.Lors de la réalisation de ce pontage, on suture l'une des extrémités à l'aorte et l'autre à l'artère coronaire concernée. Cette technique a de moins en moins d’indications. Durant l'opération, le cœur doit être momentanément arrêté. Pendant ce temps, c'est une machine cœur-poumon (circulation extracorporelle CEC) qui reprend son travail. Le sang destiné au cœur est dérivé sur cette machine équipée pour le décharger du dioxyde de carbone, le recharger en oxygène et le réinjecter dans le système circulatoire. Une méthode qui permet aussi de procéder à des opérations combinées de pontage et de valve du cœur.

CHIRURGIE DE L’AORTE

L'aorte est la plus grosse artère du corps humain. Elle prend son origine au niveau du cœur et chemine tout au long de la face antérieure de la colonne vertébrale. A partir de celle-ci, partent de nombreuses artères qui permettent de perfuser l'ensemble du corps humain. Le Service de chirurgie cardiaque assure la prise en charge des maladies de l'aorte thoracique et abdominale. La chirurgie vasculaire aortique permet de traiter des affections telle que l'anévrisme, les dissections aortiques, les ruptures traumatiques.

TUMEURS INTRACARDIAQUES

La tumeur la plus fréquente qui peut croître dans les cavités cardiaques est le myxome. Dans 80% des cas, il évolue dans une des oreillettes du cœur et, plus rarement, dans un des ventricules.


Il s’agit d’une tumeur bénigne qui peut causer, quand même, de gros problèmes cliniques quand elle devient trop grande. En effet, elle peut entrer dans la valve mitrale ou tricuspide et la bloquer, provoquant une grave dysfonction cardiaque et même, dans certains cas, le décès. Il peut aussi être à l'origine d'accident vasculaire majeur(AVC). Pour ces raisons, le myxome doit être enlevé chirurgicalement par une intervention à cœur ouvert sous circulation extracorporelle.

PACEMAKER

Le Service de chirurgie cardiaque effectue l'implantation de pacemaker et de défibrillateurs. Il traite également par la chirurgie la fibrillation auriculaire.

EXAMENS PRÉOPÉRATOIRES

Les patients qui doivent être opérés d’une chirurgie cardiaque doivent être soumis à des examens préopératoires spécifiques. Ces examens peuvent être faits au sein de la clinique en s’adressant directement au Service de chirurgie cardiaque ou, autrement, en s’adressant directement au Service de radiologie ou au Service de cardiologie.

Exemple d’examens pouvant êtrenécessaires avant l’intervention :

  • Electrocardiogramme (ECG)
  • Test d’effort ou échographie d’effort (ergométrie)
  • Coronarographie
  • Echographie et Doppler cardiaque (échocardiographie)
  • Echo-Doppler des troncs supra-aortiques
  • Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) si vous avez des antécédents de tabagisme ou de pathologies respiratoires
  • Doppler des veines des membres inférieurs ou des artères du bras (artère radiale)
  • Radiographie du thorax
  • Contrôle de la dentition pour la prévention de l’endocardite (consultation chez le dentiste et radiographie)
  • Contrôle des sinus par le Service ORL

Examens biologiques :

  • Biochimie complète
  • Numération de formule sanguine complète
  • Groupe sanguin
  • Sérologies virales
  • Bilan hépatique
  • Examen cytobactériologique urinaire

D’autres examens peuvent être nécessaires selon la pathologie, l’âge et les antécédents du patient. La majorité de ces examens sont nécessaires pour le bon déroulement de l’intervention

DEROULEMENT DE VOTRE HOSPITALISATION

  • Consultation de chirurgie

Le chirurgien va vous voir en consultation afin de poser ou confirmer l’indication chirurgicale, il vous expliquera le type, les modalités ainsi que les risques de l’intervention. Il vous prescrira le cas échéant des examens complémentaires nécessaires pour l’intervention.

NB : La personne de confiance doit être présente en consultation afin de faciliter et de simplifier la prise en charge et les échanges avec l’équipe médicale et paramédicale.

  • Consultation d’anesthésie

Le médecin anesthésiste réanimateur va vous voir en consultation d’anesthésie afin de vous expliquer les modalités de l’anesthésie, le déroulement de votre séjour en réanimation et /ou à l’unité des soins intensifs, les précautions à prendre ainsi que les médicaments à arrêter ou à poursuivre avant l’intervention. Il vous prescrira le cas échéant des examens complémentaires nécessaires pour l’intervention.

NB : La personne de confiance doit être présente en consultation afin de faciliter et de simplifier la prise en charge et les échanges avec l’équipe médicale et paramédicale.

  • Préparer mon hospitalisation

En dehors des situations d’urgence, vous allez être hospitalisé en général la veille ou le jour de votre intervention. Voici les précautions à prendre avant de vous présenter à l’accueil :

Ramenez avec vous tous les documents administratifs nécessaires à votre admission : carte d’identité, carte d’assurance ou de mutuelle, moyens de payements, etc…

A noter : le formulaire de personne de confiance doit être dûment rempli et signé par le patient et la personne de confiance.

Ramenez avec vous tous les documents médicaux nécessaires à la prise en charge : courriers médicaux, bilans biologiques, carte de groupe sanguin, comptes rendus d’examens (échographie cardiaque, coronarographie etc.), clichés radiologiques (radiographies, échographies, scanners, IRM etc.)

Ramenez votre traitement à domicile avec précision : noms des médicaments, posologie, nombre de prise par jour, dates d’arrêt. En cas de doute ramenez vos boites de médicaments avec vous.

  • Admission

Le jour de votre admission, on procèdera à une nouvelle vérification de votre dossier, si des examens complémentaires sont nécessaires ces derniers peuvent être faits dans la majorité des cas au sein de la clinique. Une transfusion sanguine étant souvent nécessaire lors des interventions en chirurgie cardiaque, une demande de produits sanguins sera réalisée lors de votre admission.

  • La veille de votre intervention

Il faut prendre une douche bétadinée après préparation du champ opératoire par l’équipe paramédicale

Il est indispensable d’être à jeun strict (pas de solides ni de liquides) à partir de 00h sauf prescription médicale.

Si vous êtes angoissé et à votre demande, votre médecin peut si votre état de santé le permet vous prescrire un anxiolytique ou un somnifère.

  • Le jour de l’intervention

Si vous êtes angoissé et à votre demande, votre médecin peut si votre état de santé le permet vous prescrire un anxiolytique ou un somnifère.

Vous retrouverez votre chirurgien ainsi que le médecinanesthésiste réanimateur au bloc opératoire.

L’équipe du bloc opératoire effectuera une dernièrevérification avant de commencer l’intervention : votre identité, type d’intervention, coté de l’intervention, respect du jeûne, allergies, etc…

Une intervention de chirurgie cardiaque classique a une durée moyenne entre 3h et 5h.

  • Après l’intervention

Vous serez dirigé dans la majorité des cas dans le service de réanimationou l’unité de soins intensifs.

L’équipe de réanimation ou de soins intensifs réalisera à votre arrivée un certain nombre d’examens post-opératoires habituels en chirurgie cardio-vasculaire : radiographie thoracique, prélèvements sanguins, échographie cardiaque etc…

Une fois que votre situation clinique sera stable, on procèdera à votre réveil.

A noter que les visites dans le service de réanimation et l’unité de soins intensifs ne sont autorisées que 2 fois par jour entre ……. , 2 visiteurs à la fois. Ceci pour permettre à l’équipe médicale et paramédicale de réaliser les soins et les examens nécessaires au cours de la journée et aussi pour limiter le risque de contamination des patients fragiles hospitalisés dans ces unités.

  • Séjour

Vous séjournerez en réanimation ou en unité de soins intensifs entre deux et plusieurs jours selon votre état de santé et la rapidité de votre rétablissement.Une fois votre situation clinique stable, vous serez transféré dans une unité d’hospitalisation conventionnelle.

Votre médecin s’occupera de l’ensemble des prescriptions médicales lors de votre hospitalisation.

Si vous êtes diabétique, même si votre diabète est équilibré, vous aurez souvent besoin d’une insulinothérapie pendant l’hospitalisation en raison du déséquilibre diabétique provoqué par l’intervention.

Vous allez bénéficier de séances de kinésithérapie au cours de votre hospitalisation, la participation active à ces séances est indispensables à votre rétablissement.

Un grand nombre de patients présentent une constipation après ce genre d’intervention, si cela est votre cas, ne vous alarmez pas, il suffit de le signaler à l’équipe médicale et le médecin pourra vous prescrire le traitement nécessaire.

A votre sortie, le médecin vous délivreraune ordonnance contenant les médicaments à poursuivre, les bilans sanguinsà effectuer ainsi que les dates de vos prochaines visites de contrôles si nécessaires.

Pensez à faire remplir les papiers administratifs et les formulaires de prise en charge avant votre sortie, cela vous évitera de faires des déplacements supplémentaires par la suite.

  • Après votre sortie

Un séjour dans un centre de rééducation est recommandé selon vos possibilités. La poursuite d’une kinésithérapie respiratoire et mobilisatrice facilitera votre rétablissement.

Votre pansement doit être refait tous les 2 à 3 jours de façon stérile et en respectant des règles strictes d’asepsie jusqu’à cicatrisation complète de la plaie chirurgicale.

Un suivi avec le cardiologue est indispensable après l’intervention, ce dernier pourra faire un contrôle échographique et adaptera votre traitement au fur et à mesure de votre rétablissement et selon votre état cardiaque.

A savoir que des douleurs résiduelles peuvent persister plusieurs jours voire plusieurs semaines après la chirurgie, c’est pour cette raison que votre médecin vous prescrira des traitements contre la douleur lors de votre sortie.

Il est possible de reprendre vos activités habituelles en général 2 à 3 mois après l'intervention.

Hôpital Maroc

Hôpital Maroc, clinique Maroc, hôpital privé Casablanca… Ces établissements de soins peuvent tous vous accueillir mais ont un mode de fonctionnement qui diffère. Leurs prestations sont-elles différentes? Comment serez-vous remboursé dans chacune de ces structures? Le ministère de la Santé du Maroc distingue trois catégories d'établissements de soins de santé: les établissements publics ou privés à but non lucratif et les établissements privés. Un hôpital a une mission de service public et ses salariés appartiennent à la Fonction publique. Certaines prérogatives sont réservées à l'hôpital public : la formation, la recherche, les greffes… Une clinique ou un Hôpital Maroc est un établissement de soins privé. Il peut être dirigé par un groupe privé ou une association. Toutefois, certaines cliniques sont à but non lucratif et participent aux missions de service public. Il existe par ailleurs quelques hôpitaux au Maroc ou cliniques à Casablanca non conventionnés. Nombreux sont ceux qui privilégient la clinique pour la disponibilité du personnel et le confort.

Clinique internationale Maroc

Depuis son ouverture, Clinique internationale Maroc a développé son offre de soins avec une équipe performantes pour une prise en charge complète et globale de ses patients. Clinique internationale Maroc dispose d'un plateau médical à la pointe de la technologie, conforme aux standards internationaux et d’un vaste éventail de disciplines.

Clinique Maroc

La pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité de la Clinique internationale Maroc sont un gage d’un encadrement médical optimal et individualisé. Ci-dessous quelques specialités de la Clinique internationale Casablanca : Ophtalmologie, Cardiologie interventionnelle, Médecin à domicile, Chirurgie esthétique, Décollement de la rétine, Urgentiste, Lasik, Gynécologie, Gynécologue, Cataracte, Clinique multidisciplinaire, Chirurgie esthétique, Cardiologue, Ophtalmologue, Chirurgie cardiologue, Diabétologie, Traumatologie, Chirurgie rétine, Rétinologue. SOS médecin Casablanca, Semur, Samu.

Sante Maroc

Nous voulons tour vivre le plus longtemps possible, rester en bonne sante au Maroc et prendre soin de nous-mêmes et de notre famille. Nous ne pouvons modifier certains facteurs de risque, mais nous pouvons tous faire des choix qui favorisent notre sante et réduisent les risques d'apparition de troubles chroniques comme les maladies du cœur, cancer et le diabète.

Quelques conseils pour améliorer votre sante au Maroc

1.Éviter le tabagisme rester en sante 2.Bien s'alimenter pour être en sante 4.Sachez quelle est votre tension artérielle 5.Détendez-vous et profitez de la vie pour rester en sante au Maroc.

Vous avez besoin de renseignements ?